PSG : bien défendre avec Neymar, Di Maria, Mbappé et Icardi, c’est possible ? – PSGInfos

PSG : bien défendre avec Neymar, Di Maria, Mbappé et Icardi, c’est possible ?

By  |  0 Comments

Thomas Tuchel titularisera-t-il les quatre fantastiques, dans trois semaines à Dortmund, pour les 8es de finale de la Ligue des champions? La question est l’épicentre des débats autour du PSG, relancés par le nul spectaculaire contre Monaco, dimanche (3-3). « Mettre un des quatre [fantastiques] sur le banc, c’est un peu difficile pour le football », exprimait Marco Verratti après la dérouillée infligée à Saint-Etienne (6-1). Jean-Marc Furlan, entraîneur d’Auxerre et grand amateur de différentes variantes du 4-4-2, illustre le casse-tête autrement.

« Quand j’ai regardé le match contre Monaco, je me suis dit : Comment Tuchel va faire ? Il est dans la merde ! Il veut faire jouer les quatre, sinon il va avoir des problèmes, avance Furlan. Mais comment il va les aligner durablement ensemble ? » Le manager allemand, lui, insiste, alors qu’il n’y croyait pas à l’origine : « Ce n’est pas la structure le problème, c’est l’état d’esprit ».

D’ici au 18 février et le déplacement dans la Ruhr, Paris va devoir hausser le ton défensivement dans cette configuration. Voici quelques pistes.

Passer du 4-2-4 au 4-4-2

Thomas Tuchel semble décidé à s’appuyer sur un schéma à quatre attaquants./LP/Guillaume Georges
Thomas Tuchel semble décidé à s’appuyer sur un schéma à quatre attaquants./LP/Guillaume Georges  

« On n’a pas été précis dans la couverture, on n’a pas été costauds. » Les réflexions d’après-match de Thomas Tuchel laissent penser que son intention est de travailler sur la base mise en place depuis mi-décembre. Neymar, lui aussi y croit : « Je ne suis pas d’accord pour dire que sera compliqué en Ligue des champions à quatre attaquants. Si tout le monde court et qu’on s’aide tous, Paris peut jouer dans n’importe quel système. »

Malgré les bonnes résolutions de l’attelage de luxe, les brèches sont parfois béantes et Paris peut se retrouver coupé en deux, dans une formation qui ressemble plutôt à un 4-2-4 (quatre défenseurs, deux milieux, quatre attaquants) qu’à un 4-4-2. « Tous les systèmes de jeu sont efficaces à partir du moment où tous les joueurs font les efforts nécessaires, estime Luis Fernandez, l’ancien coach du PSG. Quand je regarde les équipes européennes, elles s’appuient sur leurs forces, sans changer de schéma. Le problème pour Tuchel, c’est qu’il demande souvent à Di Maria et Neymar de rentrer à l’intérieur, ce qui crée de gros espaces dans les couloirs à la perte du ballon. »

La difficulté d’utiliser un 4-4-2 à plat comme le fait le PSG réside aussi dans sa nature, comme l’explique Jean-Marc Furlan : « C’est un système souvent utilisé par des équipes en position basse. Les ailiers défendent dans leurs 30 m. Dans ce dispositif, sur les côtés, je n’utilise quasiment que des milieux qui aiment récupérer. Les quatre joueurs de devant au PSG ont peu de dispositions pour cela. En Ligue 1, ce que fait le PSG va passer, mais contre les équipes majeures, c’est un vrai débat. Ou alors, il faut jouer avec un bloc très bas et privilégier le contre, mais c’est très difficile de demander ça à Neymar et Di Maria. »

Replacer Marquinhos au milieu de terrain

L’équilibre de l’équipe pourrait passer par l’installation de Marquinhos au milieu./LP/Arnaud Journois
L’équilibre de l’équipe pourrait passer par l’installation de Marquinhos au milieu./LP/Arnaud Journois  

Il y a fort à parier que Marquinhos évolue au milieu face à Dortmund, et ce quel que soit le système de jeu employé et l’identité de ses dix coéquipiers. « Marquinhos peut jouer aux deux postes avec un niveau de classe mondiale », souligne Thomas Tuchel, qui décrit toujours prioritairement le Brésilien comme un milieu cette saison. Pour aligner les quatre stars de l’attaque, il faudrait donc sacrifier Idrissa Gueye ou Marco Verratti.

L’Italien semble indéboulonnable et le Sénégalais pourrait faire les frais de cette équation, même s’il revient en forme. Sauf si Tuchel choisissait de blinder son milieu défensif en sacrifiant l’Italien, quitte à couper son équipe en deux. « Ça ne réglerait pas forcément le problème, parce que c’est surtout l’isolement des milieux de terrain centraux qui pose problème », observe Furlan. Ce qui rappelle la remarque de Tuchel après une mi-temps à Madrid : « Je pense que Marquinhos et Verratti ne trouvent pas très intéressant de courir seulement à deux au milieu. »

Modifier le rôle de Di Maria

Angel Di Maria a déjà évolué au milieu de terrain par le passé./LP/Arnaud Journois
Angel Di Maria a déjà évolué au milieu de terrain par le passé./LP/Arnaud Journois  

À défaut de changer les hommes, le PSG peut faire évoluer leur disposition et leur rôle. Angel Di Maria a prouvé lors de la dixième Ligue des champions du Real Madrid en 2014 qu’il pouvait occuper le poste de relayeur gauche. Son association avec Marquinhos et Verratti ou Gueye pourrait être testée, par exemple. « Di Maria n’a plus le même volume de jeu qu’à l’époque », objecte Luis Fernandez, peu convaincu.

« Jouer avec un milieu en losange peut être une solution avec Di Maria ou Neymar en meneur de jeu, mais il faut vivre avec les joueurs pour connaître leurs capacités d’adaptation à ce schéma », avance Jean-Marc Furlan. Thomas Tuchel pourrait aussi tenter un 4-2-3-1 avec Di Maria à gauche, Neymar en meneur de jeu et Mbappé à droite, comme en équipe de France.

Dans toutes ces expérimentations, qui laisseraient Icardi seul en pointe, la question de l’implication défensive et des replis de chacun face aux cadors européens resterait sensiblement identique.

happywheels

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply