Entre la Coupe de la Ligue et le PSG, 26 ans d’amour et de polémiques – PSGInfos

Entre la Coupe de la Ligue et le PSG, 26 ans d’amour et de polémiques

By  |  0 Comments

« Je me rappelle surtout qu’à l’époque, personne ne voulait jouer cette compétition… » Les mots sont signés Luis Fernandez. En 2015, l’ancien coach du PSG (1994-1996; 2000-2003) se remémorait pour nous sa victoire en finale de la première Coupe de la Ligue, vingt ans plus tôt. « C’était tout de même mon premier titre comme entraîneur », ajoutait-il.

Un trophée remporté face au S.C. Bastia de Frédéric Antonetti qui, en 2016, considérait toujours que « pour la première, c’était mieux que Paris gagne », évoquant un changement de date imposé, un lieu (le Parc des Princes) désavantageux ou « une grosse erreur d’arbitrage » (un but de Drobnjak refusé pour hors-jeu).

VIDÉO. PSG-OL : Paris gagne mais « ne rassure pas » avant le choc face à Bergame

Polémique. Voilà un terme qui a toujours été plus ou moins associé à la Coupe de la Ligue. Sa création en 1994, son maintien, le sort de certaines de ses finales… Cette compétition a souvent fait l’unanimité contre elle. Le consensus arrive seulement aujourd’hui : la « CDL » est suspendue jusqu’à nouvel ordre.

Vingt-six ans après son lancement sous cette forme, elle disparaît après avoir considérablement garni la salle à trophées du PSG. En empochant sa neuvième Coupe de la Ligue ce vendredi après une victoire contre Lyon (0-0 a.p., 6-5 t.a.b.) au Stade de France, le club de la capitale porte son total à 9 trophées soulevés sur 26 éditions disputées… Appelez-la la Coupe du PSG!

Paris, roi des « premières »

Les Parisiens ont signé quelques « premières » dans l’histoire de cette compétition. Il y a donc eu cette victoire en 1995 face aux Bastiais pour les débuts de la Coupe de la Ligue. Trois ans plus tard, en avril 1998, année bénie du football français, le PSG et Bordeaux sont les deux premiers clubs à fouler la pelouse du Stade de France, inauguré trois mois plus tôt par un match amical entre la France et l’Espagne.

« Notre ambition est d’être la première équipe française à gagner dans un stade qui fait rêver », soulignait Paul Le Guen dans nos colonnes à la veille de ce premier match officiel à Saint-Denis. Au terme d’une finale spectaculaire (2-2 a.p., 4-2 t.a.b.), « Capitaine Rai » et Paris soulevaient leur deuxième Coupe de la Ligue et se qualifiaient pour l’Europe.

En 1995, le PSG de Rai (à gauche) et George Weah (avec le trophée) s’impose face à Bastia. LP/Guy Gios
En 1995, le PSG de Rai (à gauche) et George Weah (avec le trophée) s’impose face à Bastia. LP/Guy Gios  

Autre « première » : l’inédite défaite du printemps 2000. Dans cette compétition où cinq victoires seulement sont nécessaires pour obtenir une qualification européenne, l’équipe d’Ali Benarbia, Jay-Jay Okocha ou Laurent Robert s’apprête à affronter Gueugnon, premier club de D2 à atteindre la finale de cette coupe réservée aux professionnels ou semi-professionnels.

« Attention danger, Paris est favori », titre-t-on le jour du match, comme si une réelle inquiétude existait. Bingo. Gueugnon réalise un exploit qu’aucun autre club de deuxième rang ne réalisera : un succès 2-0 plus qu’inattendu. « Pourquoi avons-nous été aussi mauvais? », se demandera ensuite le coach Philippe Bergeroo. Le tout sans manquer de féliciter son homologue Alex Dupont, décédé, triste clin d’œil du destin, dans la nuit de ce 1er août 2020.

En 2008, la banderole de la honte

L’histoire du PSG avec cette coupe est donc encore loin de la passion développée au cours de la dernière décennie. Il lui faut d’ailleurs attendre 2008 pour retrouver le Stade de France et espérer soulever le nouveau trophée, un saladier doré dessiné par le Franco-Argentin Pablo Reinoso. Au cœur d’une saison marquée par la lutte pour le maintien en Ligue 1, Paris l’emporte face Lens (2-1).

Une finale à nouveau marquée par la polémique. Sportive, en raison d’un pénalty douteux obtenu dans les derniers instants. Extra-sportive, surtout, avec une banderole insultante déployée dans les tribunes par l’un des groupes ultras : « Pédophiles, chômeurs, consanguins : bienvenue chez les Ch’tis ». Le lendemain, le PSG avouera sa « honte » et sera même exclu de la compétition en première instance avant d’être réintégré en échange de mesures disciplinaires à l’encontre de ses supporters.

En 2008, cette banderole a valu aux supporters une convocation au tribunal. LP/Jean-Baptiste Quentin
En 2008, cette banderole a valu aux supporters une convocation au tribunal. LP/Jean-Baptiste Quentin  

Tout ça, c’était avant. Avant que Paris ne se responsabilise et fasse évoluer son public. Avant aussi que le Qatar crée une nouvelle ère. Devenu l’un des clubs les plus puissants du monde du football sous la direction de QSI (Qatar Sports Investments), le PSG va truster la quasi-totalité des trophées hexagonaux depuis la saison 2011-2012.

En neuf éditions de Coupe de la Ligue, le nouveau PSG en a donc remporté six, ne laissant que quelques miettes à l’OM (2012), l’AS Saint-Etienne (2013) et le RC Strasbourg (2019). En plus de remplir l’armoire à trophées, Paris ne laisse plus beaucoup de place dans les livres des records : 9 titres dont cinq d’affilée (2014-2018), 10 finales, 59 victoires (qualifications) en 76 matchs, 150 buts marqués…

Un livre des records bien rempli

Et quid des records individuels? Les deux meilleurs buteurs de la Coupe de la Ligue : Pedro Miguel Pauleta (10 buts avec Paris, 5 avec Bordeaux) et Edinson Cavani (15 buts) sont estampillés PSG. Thiago Silva et Marco Verratti ont gagné leur 6e trophée ce vendredi… Presque irréel.

PODCAST. Edinson Cavani, meilleur buteur de l’histoire du PSG : le parcours d’une anti-star

Cette folle série de records a débuté en 2014, dès la première des trois saisons de l’entraîneur Laurent Blanc. Une victoire encore une fois « polémique » face à l’Olympique Lyonnais (2-1). « On perd cette finale sur une erreur d’arbitrage », déplorait alors le coach lyonnais, Rémi Garde. Qu’importe, le doublé de Cavani lançait Paris vers cette incroyable série de cinq succès de suite.

En 2014, le PSG de Cavani, Matuidi et Pastore relançait une série de victoires. LP/Arnaud Journois
En 2014, le PSG de Cavani, Matuidi et Pastore relançait une série de victoires. LP/Arnaud Journois  

Bastia en 2015 (4-0), Lille en 2016 (2-1), Monaco en 2017 (4-1) et 2018 (3-0)… Avec Zlatan Ibrahimovic puis Kylian Mbappé et Neymar, le PSG ne laisse plus rien aux autres. Et ce, peu importe le stade ! Après le Parc des Princes en 1995, le Stade de France de 1998 à 2016, Paris l’emporte en province avec des finales disputées à Lyon (2017) ou Bordeaux (2018). Cette Coupe de la Ligue devient une simple routine. De quoi dégoûter les opposants, comme l’OL, défait cinq fois en finale au total, dont deux fois contre son cauchemar rouge et bleu…

Le PSG actuel ne regrettera pas la suppression (provisoire) d’ une compétition qui venait surcharger son calendrier. Il fait même partie des clubs favorables à cet enterrement. L’avenir dira désormais si la Coupe de la Ligue peut renaître un jour de ses cendres. Et, soyez-en sûr, son propriétaire viendra alors la réclamer.

happywheels

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply