Coronavirus : droits TV, PSG… Nasser Al-Khelaïfi, un président sur tous les terrains – PSGInfos

Coronavirus : droits TV, PSG… Nasser Al-Khelaïfi, un président sur tous les terrains

By  |  0 Comments

Depuis le début de la crise sanitaire du coronavirus, il ne débranche jamais. De Doha, armé de ses trois téléphones mobiles, Nasser Al-Khelaïfi enchaîne les réunions. Il peut changer de casquette dix fois par jour pour faire entendre sa voix au PSG, bien sûr, mais aussi à la Ligue (LFP), l’UEFA ou l’ECA, l’influente association européenne des clubs.

Au niveau national, son nom revient sans cesse. Que ce soit dans le cabinet fantôme monté à la hâte et retoqué par Nathalie Boy de la Tour, présidente de la LFP, ou dans le quatuor désigné par le patron de Canal +, Maxime Saada, pour négocier les futures échéances des droits TV.

Au moment où Jean-Michel Aulas prend un peu de recul, Nasser Al-Khelaïfi se retrouve en première ligne. Si certains se félicitent de voir le président du club le plus puissant de France prendre ses responsabilités, d’autres s’interrogent sur ses réelles intentions. « Il n’a aucune ambition personnelle, assène-t-on au PSG. Il veut que le monde du football français reste uni pour repartir comme avant. »

« Une sincère volonté de sauver notre football »

Jeudi dernier, sa présence parmi les quatre présidents appelés à réclamer un versement de 110 millions d’euros de droits télé à Canal + a fait jaser. Que le président de BeIN Media Group discute avec Maxime Saada, le patron de la chaîne cryptée avec laquelle il a signé un des plus importants accords du PAF cette année, a de quoi interpeller.

Nathalie Boy de la Tour y a d’abord vu un conflit d’intérêts avant de se raviser. « Nasser n’a rien demandé et, au départ, il ne voulait même pas, précise Bernard Caïazzo, le président de Première Ligue. Mais il fait preuve de courage pour défendre le foot français. Il est plus qu’impliqué. Il participe à toutes les réunions, se montre très actif et révèle une vraie force de propositions. On voit qu’il a une sincère volonté de sauver notre football. »

Un avis partagé par le nouveau président de Rennes, Nicolas Holveck : « Nasser est d’un investissement incroyable alors qu’il est le seul président à n’avoir pas trop de souci financier. On doit tous mettre notre ego de côté pour sauver tout le monde et on envoie les meilleurs. Nasser est un expert. »

Homme pressé, il regrette la lenteur des décisions

Al-Khelaïfi a donc pris le leadership du petit groupe de médiateurs qui va tenter de retourner Saada. Ensuite, le Qatarien devra lancer des négociations avec BeIN Sport, dont il préside le groupe… Une situation pour le moins ubuesque. « Il aura sa casquette de président du PSG et ne fera aucun cadeau à BeIN », assure-t-on dans son entourage.

Souvent salué pour sa courtoisie, Nasser Al-Khelaïfi se montre beaucoup moins diplomate ces derniers temps. Nathalie Boy de la Tour et Didier Quillot sont devenus ses cibles préférées. Lors de la toute première réunion de crise, NAK, déjà reparti au Qatar, avait reçu de mauvais codes pour se connecter à la conférence téléphonique. Très agacé, il s’en est pris aux dirigeants de la LFP sur un ton qui a stupéfait l’auditoire.

Homme pressé, adepte des échanges en comité restreint, le président du PSG peut se lasser des discussions interminables avec tous les présidents de L1 et de L2. La lourdeur de l’instance le fatigue, la lenteur des décisions l’exaspère.

« Il lui arrive de plus en plus souvent de nous parler de façon véhémente », regrette un membre du conseil d’administration de la LFP. Cette attitude s’explique, selon ses conseillers, par son envie de faire bouger les lignes. Il intervient de plus en plus souvent en français, sans toujours obtenir l’adhésion de ses interlocuteurs.

Nasser Al-Khelaïfi se démène également pour apporter son soutien au personnel soignant. /LP
Nasser Al-Khelaïfi se démène également pour apporter son soutien au personnel soignant. /LP  

Lors d’un échange concernant les salaires des joueurs, il évoque l’exemple du Barça et met la pression sur le syndicat des joueurs (UNFP) pour obtenir une baisse de 70 %. « On n’a pas pu s’empêcher de penser qu’il demandait à l’UNFP ce qu’il n’osait pas demander à Neymar », s’amuse un participant.

Pourtant, contrairement à une idée reçue, le président du PSG n’a plus de contact direct avec ses joueurs. Toutes les discussions sur les salaires des Parisiens ont été menées par Leonardo, son directeur sportif.

Même s’il s’investit beaucoup au niveau de la Ligue, Al-Khelaïfi n’oublie pas que la priorité reste la lutte contre la pandémie. Le président du PSG active tous les leviers possibles pour se rendre utile. Le 24 mars, il avait appelé le directeur général de l’OMS pour mettre à disposition les joueurs du PSG et les chaînes du groupe BeIN afin de rappeler les gestes barrière à respecter pour ralentir la contagion.

Tout mettre en œuvre pour se rendre utile contre le virus

Dès le début de la crise, son mot d’ordre est clair : tout mettre en œuvre pour se rendre utile et lutter contre le virus. Il suit avec attention les actions lancées par le club pour soutenir le Secours populaire et l’AP-HP. D’autres seront bientôt annoncées.

Sollicité par une ONG en quête de blouses, masques et lunettes, il s’est mis démené pour dénicher ce matériel. C’est finalement un coup de fil à l’ambassadeur du Qatar en Chine qui a permis de trouver la cargaison et de lancer son acheminement.

Parfois raillé pour sa discrétion lors des échecs sportifs de son équipe, le Qatarien montre un tout autre visage lors d’une crise aiguë comme celle du coronavirus. Comme beaucoup, il en sortira métamorphosé. Dans quelques semaines. Ou plusieurs mois.

happywheels

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply