Bitton « Il y en a un qui doit être content que la peine de mort n’existe plus en France, c’est Adrien Rabiot » – PSGInfos

Bitton « Il y en a un qui doit être content que la peine de mort n’existe plus en France, c’est Adrien Rabiot »

By  |  0 Comments

Cet article vous est proposé par le site PARISFANS.fr, tous les articles du site ici

Le feuilleton Adrien Rabiot n’en finit plus et force est de constater que cela est loin de changer. Depuis hier, on a appris que le milieu de 23 ans formé au Paris Saint-Germain avait été mis à pied et qu’il devrait prochainement rencontrer ses dirigeants, ce qui pourrait déboucher sur un possible licenciement pour faute grave. Sur les ondes de France Bleu Paris, Stéphane Bitton a évoqué la situation du natif de Saint-Maurice. Le journaliste s’est réjoui, avec ironie, que la peine de mort ne soit plus en vigueur en France… « Il y en a un qui doit être content que la peine de mort n’existe plus en France, c’est Adrien Rabiot… Au rythme de l’évolution de ses rapports avec le PSG, on l’aurait retrouvé à la guillotine sur place publique devant le château de Saint-Germain en juin prochain… Et comme le disent les anciens, pendant qu’on parle de Rabiot, on ne parle pas du reste », a lâché Stéphane Bitton.Une histoire qui se finit mal.Déjà plus du tout en odeur de sainteté en terre parisienne, les épisodes s’enchaînent et ne plaident pas vraiment en la faveur d’Adrien Rabiot. Son départ, inévitable, est à l’heure actuelle la seule échappatoire à une situation bien trop gangrenée. En cela, Stéphane Bitton a raison, même si cela est dit avec un zeste d’ironie. On connaît l’attachement que Tonton Steph porte au titi parisien mais malheureusement son histoire avec son club formateur va se terminer de manière dramatique. Rabiot restera dans les mémoires de supporters comme celui qui a trahi l’équipe qui l’a formé.Un énorme gâchis à n’en pas douter, avec probablement une part de responsabilité du côté du PSG. Mais il faut dire que le numéro 25 n’a pas vraiment fait d’efforts afin de résoudre une situation très complexe. De par son attitude sur le terrain d’abord, puis par l’extra-sportif que l’on connaît par la suite. Désormais mis à pied, il est même possible qu’il se fasse renvoyer du club pour faute grave, ce qui nous rappellerait la fin d’un certain Vikash Dhorasoo en 2006. Voyons comment tout ceci va désormais se goupiller. Mais il est certain que cette histoire ne laissera qu’une trace très négative.Publicités

happywheels

You must be logged in to post a comment Login